s'il reste des places, demain soir je serai au transbordeur de villeurbanne pour un concert que je sais déjà exceptionnel : celui de john butler trio
j'ai trouvé un article intéressant que j'aurai pu écrire si j'avais été plus courageuse, tiré de albumrock.net, c'est la plume de charly que vous lisez ci-dessous :


142438


John Butler est sans doute un des plus talentueux nouvel artiste australien. Il forme en 2001, le John Butler Trio avec Jason McGann à la batterie et Gavin Shoesmith à la basse pour partir en tournée soit-disant. Le succès est tel qu’ils décident d’enregistrer ensemble. Leur troisième album Sunrise Over Sea sort en France en 2005.

 

La guitare est sans doute ce qui attire le plus l'oreille dans le groupe. Entre Ben Harper et Bjorn Berge, John Butler est un véritable virtuose qui donne à lui tout seul une note particulière aux morceaux. Ces solos sont tout simplement superbes (notamment dans "Treat your mama", "Company Sin" ou "Old Man") et nombreux. Chaque morceau est un prétexte. Arrive toujours le moment du solo qui relève la chanson de son génie. Le petit plus qui fait la différence sans aucun doute !

 

"Peaches & Cream" est une oasis de calme, un repos mérité après l'introduction " Treat your mama" si emballante. C'est peut-être un peu tôt pour une halte, il reste tant à découvrir. On se laisse emporter dans cette torpeur musicale, la sensibilité de la voix de John Butler qui laisse paraître ici toute sa qualité vocale et les multiples émotions avec lesquels il joue d'ailleurs tout au long de l'album.

 

Les morceaux s'enchaînent tous plus intéressants les uns que les autres, chaque fois le rythme imposé par la guitare est nouveau, original et nous emporte. La voix de John Butler si douce, si authentique est un bonheur à l'oreille. Pas besoin de chanter parfois, il parle et c'est déjà beaucoup, il accompagne la mélodie de ses mots, toujours en rythme, toujours juste.

 

Les influences sont multiples, toujours en restant dans l'authenticité, un certain caractère puriste, on traverse l'amérique profonde avec la folk("Bound To Ramble"), la country ("Damned to hell") mais aussi des influences plus exotiques comme le reggae de l'intro de "Company Sin" ou la musique celtique dans l’époustouflante "Mist". "What you want" est plus pop, plus angoissé, les violons font leur apparition pour exprimer toute la mélancolie du morceau. Le morceau évoque les difficultés de communication de deux amants que tout sépare (et surtout la distance).

 

"There'll Come A Time" nous entraîne dans un rythme endiablé. On croyait avoir tout vu tout entendu, être aller jusqu'au limite de l'haletant concernant les mélodies du trio mais ça repart de plus belle, encore plus soutenu et cela ne fait que commencer. Le morceau gagne en intensité, la basse s'affole, suivie de prêt par la guitare. La voix quant à elle garde une certaine sérénité, une certaine maîtrise sur le morceau.

 

"Zebra" c'est la perle de cet album, ma préférée et le single (une fois n'est pas coutume), un riff accrocheur, la voix de John Butler étonnante, qui a perdu sa pureté pour prendre un peu plus de cachet et cette mélodie si séduisante. Les chœurs viennent aider le chanteur sur le refrain et donnent encore plus d'intensité à ce morceau. On se sent vraiment transporté par le rythme dans ce morceau, c'est plus fort que nous, c'est une véritable transe. Ce morceau marque vraiment l'apothéose de l'album par sa qualité et son caractère tellement authentique. Il est à l'image de l'album et le transcende.

 

The last track : "Sometimes", à la Jack Johnson. Un rythme très calme, juste une guitare et une voix qui se parlent, se battent en duel de sensibilité et se confondent parfois pour être plus fortes encore.

 

John Butler Trio se sert d'influences fortes, de rythmes qui ont déjà fait succès mais les reprend à sa manière pour les sublimer à travers des chansons vraiment splendides. Cet album est riche et varié, emprunt d'un caractère authentique et un peu éternel on doit bien l'avouer. Très loin des effets de mode et des mélodies passagères, John Butler Trio plante un arbre qui se veut centenaire. Et ils n'ont sans doute pas tort, cet album est très bon et les émotions universelles qu'il transmet lui promet un succès et une longévité certaine.

142440

Zebra

I could be loud man I could be silent
I could be young man or I could be old
I could be a gentleman or I could be violent
I could turn hot man or I could be cold
I could be just like the calm before the storm boy waiting for all hell yeah to break loose
I could be innocent or I could be guilty
Doesn't mean that I won't believe in the news so I'm singing

I could be rich like a wondering gypsy
I could be poor like a fat wallet lost
I could be the first man or I could come last
It's not who breaks the ribbon boy it's how you get across
I could be red blue black or white sunset as dark as a day boy or bright as a night
I could be the sun boy or I could be the moon
I made it from the stars boy I'm shining so bright so I'm singing

I could be asleep boy or I could be awake
I could be alive and a be the walking dead
I could be ignorant or I could be informed
I could lead my life man or I could be lead
I could be anything I put my mind to boy all I gotta do is give myself a half a chance
I could bring love back into my life
And share it with the world if I had some balance

226089